Retour aux articles

Le marché immobilier : les dernières mises à jour

Au cours des prochains mois, nous devrions assister à la hausse des taux d’intérêt sur le marché immobilier. En 2023, la croissance des prix en sera moindre, en comparaison avec les augmentations observées depuis le début de la pandémie. Voici les plus récentes mises à jour du marché immobilier.

Hausse et baisse des ventes

Du côté de la région du Grand Toronto, le nombre de ventes en avril 2022 a chuté de 41% par rapport à avril 2021. Les prix ont augmenté de 15% relativement à avril 2021, mais ont baissé de 3,5% comparativement à mars 2022. À Vancouver, le nombre de ventes en avril 2022 a chuté de 34% relativement à la même période l’an dernier. Les prix ont augmenté de 19% comparativement à avril 2021, et ont grimpé de 1% par rapport à mars 2022.

Hausse et baisse des ventes : Grand Montréal

Cependant, la chute des ventes est moins prononcée dans le Grand Montréal. En effet, le nombre de ventes d’avril 2022 a baissé de 17% comparé à celui d’avril 2021. Également, les prix des unifamiliales ont subi une croissance de 16% relativement à avril 2021, et ont augmenté de 2,5% par rapport à mars 2022. Les prix des copropriétés ont gagné 15%, alors que les petites propriétés à revenus ont gagné 14%.

De plus, le directeur du service de l’Analyse du marché de l’APCIQ, Charles Brant, explique que « les ventes continuent de diminuer sensiblement dans le Grand Montréal, ce qui en fait le mois d’avril le moins actif depuis 2017. » Ce retour en arrière démontre un ralentissement significatif, considérant que 2017 fait référence à l’année où l’activité a été la plus modérée dans les dernières années.

Historique des prix

La Communauté métropolitaine de Montréal publiait tout récemment son portrait de l’habitation. Comme indiqué, nous sommes actuellement en train de vivre le plus long cycle haussier* de notre histoire. En effet, pendant la pandémie, les augmentations ont atteint un niveau record : de 2019 à 2021, on observe une croissance de 47% des prix des maisons unifamiliales et de 32% pour les copropriétés.

*Qu’est-ce qu’un cycle haussier?

« Un marché haussier est une période où les cours des actions grimpent continuellement, comme ils l’ont fait dans le marché boursier américain de 2009 à 2020. L’économie s’était alors remise du marché baissier de 2008. »

Vers la fin du cycle haussier

La principale raison de la baisse du nombre de ventes à Montréal est le faible inventaire d’immeubles disponibles : dans la région de Montréal, il y a eu 6300 nouvelles inscriptions en avril 2022 et 7027 en avril 2021, soit une baisse de 10%. Évidement, il est difficile d’imaginer des diminutions de prix à court terme, sauf si les taux d’intérêt montent à 8% ou plus, dû au faible inventaire. Cependant, historiquement, le nombre de ventes diminue lorsque les taux d’intérêt sont élevés. Du côté de Toronto, la situation varie : le marché est en mutation et les prix ont baissé entre mars et avril 2022, et l’inventaire est en hausse.

Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles

Depuis toujours, les baisses de prix au Québec ont été rares et faibles. Un cycle haussier est généralement suivi d’une période avec peu de variations de prix. Cette période « plateau » comporte des prix qui ont encore un important rattrapage à faire par rapport à Toronto et Vancouver. Ainsi, si vous ne prévoyez pas vendre dans les prochaines années, ne vous en faites pas avec l’approche de la fin d’un cycle haussier, car un plateau suivra. Les perspectives à long terme sont excellentes!

Finalement…

Pour se tenir à jour, un bon courtier immobilier surveille constamment les délais de vente, le nombre d’offres multiples, les baisses de prix et, bien sûr, les prix par catégories d’immeubles et par secteur. Aussi, en cette période de hausses d’intérêt à venir, ayant un fort impact pour les acheteurs, plusieurs courtiers penseront à quitter la profession. Pourtant, c’est le temps de se retrousser les manches! En effet, tout dépend de sa façon de réagir face aux événements qui s’imposent à nous. Nous ne pouvons pas contrôler le marché immobilier mais nous pouvons constamment nous y adapter.

Enfin, sachez que le Groupe Lamarre est toujours prêt à s’ajuster selon les changements de marché. Nous mettrons les bouchés doubles et irons au-delà de vos attentes : c’est notre promesse!

Partager :
  • 597
  • 0